top of page

Mais qui est Saint Vincent, patron des vignerons ?



Hier, 22 janvier, Saint Vincent, le Saint patron des vignerons et des vignes était fêté un peu partout dans les vignobles.


Cette date marque pour la vigne, la fin du repos hivernal et, surtout autrefois, le début de la taille de la vigne.

Plusieurs dictons sur la Saint Vincent illustrent ce moment charnière de l’hiver "À la Saint-Vincent, l'hiver meurt ou reprend » estime un dicton, qui laisse présager d’un regain de froid si des chutes de neige sont annoncées , «À la Saint-Vincent, le vin monte au sarment, ou, s'il gèle, il en descend" ou "Soleil à la Saint Vincent, le vigneron s'en va en chantant" présagent d'autres dictons.Il existe également des dictons reliant la météo à la générosité des futures vendanges "Bon Saint-Vincent, homme puissant, fais monter la sève au sarment" ou "A la Saint-Vincent, le vigneron fait le compte de ses vignes" (il évalue la quantité de vignes qui ont survécu à l'hiver).


Qui était-il et pourquoi est-il devenu le Saint Patron des vignerons ?

Né à Huesca au IIIe siècle, en Espagne d'une famille noble, Vincent PALLOTI entre très jeune dans les ordres. Il est d'abord ordonné diacre par Valère l'évêque de Saragosse qui figure au nombre des membres du concile d'Elvire (entre 300 et 330) puis archidiacre chargé de gérer les biens du diocèse de Saragosse.

Âgé et parlant difficilement, l'évêque charge Vincent, qui, lui, se montre brillant orateur, de le suppléer dans le ministère de la parole. Ces fonctions le mettent en vedette, si bien qu'il est parmi les premiers chrétiens à être arrêtés avec son évêque lorsque s'ouvre en 304 la persécution de Dioclétien. On les conduit chargés de chaînes devant Dacien, "gouverneur" de la province. Celui-ci interroge Valère et cherche à l'intimider. Le vieil évêque bredouille quelques mots, puis reste court. Dacien commence à jubiler en voyant dans ce silence une promesse d'apostasie. Mais Vincent vient au secours de l'infirmité de Valère et professe en son nom et au nom de l'évêque leur foi chrétienne. Furieux de cette intervention, Dacien le fait horriblement torturer : il est successivement déchiré par des ongles de fer sur un chevalet, puis rôti sur un grill. Vincent résiste fermement et persiste à confesser sa foi en chantant des psaumes sous la torture. Couvert de plaies, le corps disloqué et brûlé, il est jeté en prison où il est couché sur des tessons de verre. Ramené le lendemain en présence de Dacien, il expire le 22 janvier 304 sans avoir donné de signe de défaillance. Après sa mort, son corps est exposé dans un lieu sauvage, mais un corbeau le défend contre un grand loup. Dacien le fait jeter à la mer, une pierre de meule au cou, et il est ramené miraculeusement au rivage.

Au cours des années 304 et 305, plus d'un millier de chrétiens périront en Espagne sous la torture. La légende de Vincent a été rapportée en premier lieu par le poète Prudence (348-v. 415) dans sa couronne des martyrs. Son culte s'étendait à la totalité de l'empire romain dès l'époque de saint Augustin (354-430). Selon l’Histoire, vers 531, Childebert, roi des Francs, revenant de Saragosse, justement, où il avait délivré sa sœur Clotilde des mains du tyran Amalaric, roi des Wisigoths, avait rapporté la tunique et des ossements du diacre Vincent. En passant par Mâcon, le roi vainqueur et ses compagnons ont été éblouis par la beauté de la ville, de ses églises et surtout de sa cathédrale. Childebert a laissé dans ce temple plusieurs reliques dont une partie de la tunique et le roi demanda à l’évêque de dédier la cathédrale de Mâcon à Saint-Vincent qui était autrefois placée sous le patronage des saints Gervais et Protais, ce qui fut fait en septembre 543.


Si l'élection de saint Vincent par les vignerons reste mystérieuse, voici quelques hypothèses… Elle pourrait n'être simplement due qu'à la première syllabe de son nom "vin".

On peut aussi interpréter "Vincent" comme "Vin Sang", le sang de la vigne ou se référant à la tradition de l’Église comme quoi le vin de l’office divin rappelait le sang du Christ.

Certains disent qu'il revenait aux vignerons d'être patronnés par un saint dont le corps, tel le raisin au pressoir, fut broyé sous les instruments de supplice, et qui, d'une suprême libation, versa son sang en union avec le Christ sur la croix.

Enfin, selon la légende, saint Vincent se serait arrêté au bord d'une vigne pour échanger quelques mots avec les vignerons et pendant ce temps son âne aurait brouté les jeunes pousses de vigne. A la récolte suivante, le pied de vigne brouté par l'âne aurait produit plus que les autres. L'âne de saint Vincent serait donc l'inventeur de la taille de la vigne.


Saint Vincent est souvent représenté avec des raisins et un cep de vigne, symbolisant sa relation avec les vignerons et les vignobles. Il est vénéré comme un protecteur de la récolte et de la qualité des vins.

En France, de nombreux villages et villes célèbrent la fête de Saint Vincent chaque année avec des processions, des messes et des dégustations de vin. Cette fête est souvent organisée par les vignerons et les caves coopératives locales, et est considérée comme l'un des événements les plus importants de l'année pour les producteurs de vin.

En Espagne, la fête de Saint Vincent est également célébrée dans de nombreux villages et villes, particulièrement dans les régions viticoles de La Rioja, de Navarra et de Penedès. Les célébrations incluent des processions, des défilés et des dégustations de vin.


Pour résumer, Saint Vincent est considéré comme le patron des vignerons et des vignobles. Il est vénéré pour sa protection de la récolte et de la qualité des vins, et est célébré chaque année dans de nombreux villages et villes avec des processions, des messes et des dégustations de vin.



39 vues0 commentaire
bottom of page